Hausse des accidents impliquant des animaux durant les loisirs

hausse-accidents-animaux

Chaque année, quelque 40 600 accidents liés à des animaux se produisent durant les loisirs, une tendance à la hausse. Depuis 2014, cette augmentation est nettement plus marquée que celle des accidents liés aux loisirs en général, comme le montre une analyse effectuée par la Suva. Plus de la moitié de ces accidents sont causés par une piqûre d’insecte ou de tique. Au deuxième rang figurent les accidents impliquant des chiens ou des chevaux, suivis des cas liés aux chats. Au total, ces accidents coûtent environ 105 millions de francs.

Les animaux, nos fidèles compagnons et amis – à l’exception peut-être des insectes – représentent un risque d’accident considérable pour l’homme. Trébucher à cause du teckel, tomber de cheval ou être mordu par son chat? De tels accidents se produisent brusquement. Ils ne causent pas seulement des blessures et des douleurs, mais engendrent aussi des coûts.

Accidents moins coûteux avec les insectes, frais élevés avec les chevaux

Les quelque 22 000 accidents dus aux piqûres d’insectes ou de tiques sont les moins coûteux: un accident causé par un insecte coûte en moyenne 800 francs. Les chevaux génèrent des coûts nettement plus élevés. Dans ce cas, un accident coûte environ 5500 francs en moyenne. Selon la statistique LAA, quelque 6000 accidents impliquant des chevaux se produisent chaque année, entraînant ainsi des coûts annuels de l’ordre de 37 millions de francs. Dans 60 % des accidents impliquant un cheval, il s’agit d’une chute de la personne assurée. «La cause la plus fréquente est une chute de cheval», explique Sandra Degen, statisticienne à la Suva. «En raison de la taille de l’animal, les lésions provoquées par une chute sont souvent assez graves. Près de la moitié de ces accidents ont pour conséquence des arrêts de travail prolongés avec indemnités journalières», poursuit-elle.

Les chiens qui aboient mordraient-ils tout de même?

Les chiens sont impliqués dans un nombre comparable d’accidents. Les cas liés à une morsure sont plus fréquents, mais nettement moins coûteux que les cas sans morsure. En moyenne, un accident causé par une morsure de chien coûte 1200 francs, contre 5300 francs sans morsure. Cette catégorie inclut les luxations, entorses et élongations, mais aussi les os fracturés (23 %). Le coût annuel approximatif des accidents en rapport avec des chiens se chiffre à 24 millions de francs. Un tiers de ces accidents survient lors de la promenade. D’après les déclarations d’accident, il s’agit souvent de morsures ou de blessures dues à un chien tirant de manière inopinée sur la laisse. Sandra Degen confirme le contenu de l’analyse statistique des déclarations d’accidents: «La personne assurée tombe ou se blesse du fait d’un mouvement brusque.»

Jeux dangereux avec les félins

Les accidents liés aux chats figurent à la quatrième place. Cela représente environ 11 % de tous les accidents avec des animaux survenant pendant les loisirs. Ces problèmes semblent se multiplier pendant la saison chaude: environ 56 % des accidents liés aux chats ont lieu entre mai et octobre. Ils se produisent en majorité au moment de les soigner ou de les nourrir, pendant les câlins et les jeux. Un accident impliquant un chat coûte en moyenne 1800 francs. Selon les statistiques, les femmes en sont plus souvent les victimes (66 %). Un moyen de transport (vélo, scooter ou moto, etc.) intervient dans quelque 7 % des 4500 accidents avec un chat. Les déclarations d’accidents montrent que les chats surgissent de manière inattendue devant le moyen de transport et que l’accident est le résultat d’une manœuvre d’esquive ou d’une collision.

Les analyses actuelles publiées par la Suva dans le cadre de sa série «Les accidents en chiffres» reposent sur les informations fournies par les 29 assureurs LAA qui couvrent actuellement les salariés assurés à titre obligatoire contre les accidents du travail, les accidents durant les loisirs et les maladies professionnelles.

(Source : SUVA)